16/07/2006

auteur jean marie audrain

                                                     
 

 

Ils se voient depuis longtemps

Se tutoient de temps en temps

Pensent l'un à l'autre souvent

En attendant le moment

De pouvoir enfin s'ouvrir

De savoir comment se dire

Que le feu voudrait grandir

Dans le vent de leur désir.

Elle lui avait dit dans son cœur :

"Demain je t'aimerai",

Elle lui avait dit dans son cœur :

"Demain je t'ouvrirai",

Mais lui n'entendait que ses peurs

Derrière la porte de son cœur!

Quand parfois, le temps leur semble trop court

Ils se tiennent, se retiennent sans détour

Mais les mots, gardant secret leur amour,

Leurs deux mains se libèrent sans retour.

Mais chacun garde un peu de l'autre en lui

Un visage, une image qui poursuit

Un chemin à l'encontre de l'oubli

Un jardin où le temps fait son abri.

Elle lui avait dit dans son cœur :

"Demain je t'ouvrirai",

Elle lui avait dit dans son cœur :

"Demain je te suivrai",

Mais lui n'entendait que ses peurs

Derrière la porte de son cœur!

Ils se voient de temps en temps

Se tutoient presque à présent

Pensent l'un à l'autre souvent

En attendant bien longtemps.

Mais bientôt, quand les mois auront passé

Dans leurs vies, un soleil doit se lever

Car un feu qui ne peut tout embraser

Devient cendre que le vent vient emporter.

Et elle lui dira sans son cœur :

"Demain, je t'oublierai",

Et elle lui dira sans son cœur :

"Demain, je partirai",

Mais l'amour chassera les peurs

Ouvrant la porte du bonheur.

 

17:02 Écrit par hirondelle dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

BONJOUR bonjour turquoise...
hi hi hi hi hi
pour la fete nationale du 14 juillet...
c est malheureusement pas ma fete nationale ...
car je suis québecois...hi hi hi hi au québec...
merveilleuse journée a toi...

Écrit par : COEURDENFANT | 17/07/2006

Les commentaires sont fermés.